Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le corps propre....

Le corps c’est tout ce qu’on EST quand on débarque sur terre : l’ame l’esprit l’intellect la conscience sont « produits » par le corps.

 On n’a pas su comment pendant longtemps parce qu’il parait plus simple de fouiller le monde extérieur, ce dernier étant immédiatement perceptible par  cinq sens,  appelés pour cette bonne raison « extéroceptifs ».  Le monde extérieur  entre ainsi en nous, par les yeux le nez la bouche les oreilles et tous les pores de la peau.

La loi du marché surtout depuis les dérégulations de 1990 règne en maitre, les rapports humains sont  réifiés cela veut dire qu’ils ne répondent plus qu’aux seules lois du marché des consommables : les états d’âme sont évacués.  Mais le pire c’est que cette déshumanisation n’a été possible que parce qu’autant d’individus ont fermés les yeux, l’ont acceptée, pire ils la reproduisent et s’aliènent eux mêmes,  ils se font souffrir en accusant les autres,   ils ont oublié jusqu'à leur existence par paresse d’aller chercher le comment et le pourquoi !

la proprioception

Comment je sais que je suis là que c’est moi et pas un autre,  que c’est toujours MOI  quand je marche dans la rue, que j’achète une baguette ou quand je m’asseois devant un ordinateur... ?

 

Le sentiment d’UNITE premier est possible que parce que je ressens mes contours, et je ressens aussi l’intérieur de ces contours : il y a des capteurs proprioceptifs sur tous les muscles, sous la peau dans les articulations qui permettent de sentir à chaque seconde le degré de tension musculaire (tonus) ainsi que la position de mon corps dans l’espace grace entre autre à la pression sur ma peau :  ainsi  je sens en même temps ce qui est dedans et ce qui est dehors, condition nécessaire à la construction  d’ une  idée finie de moi-même, l’idée surtout que je suis une seule et même personne en toute situation.

Il y a donc le ressenti interne proprioceptif pour équilibrer le ressenti externe rapporté par les cinq sens et simultanément réflexion,  analyse, identification rangement bref travail de pensée sur ce ressenti c’est à dire élaboration d’une « image mentale » ou plus exactement d’un réseau d’images mentales.

Le travail  de pensée est simultané de l’acte perceptif : pour en parler expliquer  je suis obligée d’utiliser des termes qui séparent le ressenti de la pensée or cela se révèle une erreur car les  deux choses n’ont jamais lieu séparément.

FONDEMENTS THEORIQUES.pdf

Il faut bien comprendre que le sentiment de soi que j’ai appelé  sentiment d’unité premier n’est jamais « neutre » il est toujours rattaché à un sens,  une couleur,  une saveur donnée par les Autres et l’environnement :le  « je suis quelqu’un » ne fonctionne pas « tout seul »,  c’est je suis quelqu’un de lent rude, vif, pas terrible ou jaune, noir,  blanc avec tous les réseaux de signifiants rattachés au fait d’avoir une couleur de peau  en un lieu et un temps donné !  

C’est  ainsi d’ailleurs que  la culture d’une époque s’enracine dans le processus même de formation du sentiment de SOI...

Il n’y a guère que  pour les bébés qu’on peut imaginer que le sentiment d’être UN recouvre entièrement le physicobiologique, mais là encore on fait une erreur, parce que  c’est dans les « manipulations » des adultes sur lui que le bébé développe et exerce ses sens (proprioceptifs et extéroceptifs ) or ces manipulations portent la trace culturelle de l’environnement dans lesquelles elles se tiennent... inscrites en profondeur dans le tonus postural du responsable « éducatif » .  Comment je porte le bébé comment je l’habille le touche le masse ou le  bouscule sont des manières de décliner la culture d’une époque....

Finalement, le système proprioceptif  fonctionne comme « mélangeur » intégrateur des tous les « moi » différents  que renvoient les individus qui me « touchent » . Sans ce système je développerais une sensation  de morcellement de moi-même sur laquelle je ne pourrai rien construire de stable de solide.... Je passerai mon temps à m’observer devenir sans cesse quelque « chose » que je ne pourrai jamais réellement définir, je ne pourrai  pas me créer!

Et si je ne peux pas ME créer alors je ne peux rien créer !

 

 

Il serait temps de développer toutes ces  capacités « proprioceptives »  !

 

 

 

Les commentaires sont fermés.